Creazily - Créazily, ateliers créatifs pas chers, ateliers DIY, ateliers écologiques, devenir écolo, quotidien plus écologique, bullet journal, comment faire un bullet journal, manger moins de viande, recycler un objet, customiser un vieil objet, décorer avec du vieux, comment faire déco récup, apprendre management boutique, booster son magasin, booster ses ventes en boutique, ateliers cuisine vegan, cuisiner vegan, recette cuisine vegan, recette dentifrice, DIY, astuces écologiques, ateliers origamis, atelier papier, créer en groupe, cours de créas, 

Tenir un bujo pro

Mis à jour : févr 18

Salut ! Il y a des bullet journalistes par ici ? Des entrepreneur.e.s ? Dans cet article je vais te parler de ma pratique, ou plutôt d'un volet de mon utilisation de l'outil. Tu peux me raconter ton usage et tes astuces, surtout dis moi si le détail de mon fonctionnement t'aide !


Avant tout, si tu ne connais pas le système du bullet journal, ou bujo pour les intimes, je t'invite à le découvrir en jetant un oeil à la vidéo explicative du créateur de ce système, Ryder Carroll. En complément, tu peux aussi t'inspirer de mes pages mensuelles qui sont présentées dans cet article sur mes basiques de Septembre.


Page de garde de mon bujo pro

J'ai décidé de séparer les pouvoirs (haha) depuis mi Août environ, un peu avant la rentrée, comme je commençais un nouveau carnet. J'ai donc à peu près un mois de recul sur cette utilisation, voici comment je m'y prends et mes impressions pour ce début d'année.



DISLAIMER :

Séparer le business de la vie perso n'est pas du tout ce qui est préconisé par la méthode originale, qui appuie plutôt le rassemblement de toutes les infos en un seul et même endroit. Pourquoi donc est-ce que je les sépare ? Parce qu'en tant qu'entrepreneure, je suis mon propre patron, et j'ai du mal à séparer mes activités, ce qui fait que parfois je ne travaille pas du tout - et je me fais rattraper par des impératifs, et parfois je ne fais que travailler, jusqu'à plus soif, au détriment des amis que je ne vois pas pendant ces périodes. Du coup, j'ai choisi de définir des plages horaires pour travailler, et lorsque la plage est terminée, je ferme le carnet qui concerne le boulot. Dans le même temps, je constate que cette méthode m'oblige à aller à l'essentiel, à commencer par le plus urgent au cas où je vienne à manquer de temps, dans le cas où j'aurais sous-estimé le temps nécessaire, ou encore si la vie m'envoie un imprévu. Et elle en envoie souvent. Beaucoup.



Mon bujo pro : qu'y trouve-t-on ?


Mon planning trimestriel, qui indique les grandes lignes des actualités du moment.



Le planning mensuel, lui, est un référent précieux car il contient les dates des ateliers, les sorties des nouveautés sur la boutique en ligne, les dates de publications des articles, d'envoi de la newsletter ... J'y note également mes jours off pour vraiment déconnecter au moins 48h tous les 15 jours... dans la mesure du possible.



J'y fais des brainstormings par thème : qu'est-ce que j'ai envie de partager sur le blog ? Quelles formules j'ai envie de tester en slow cosmétique, ce genre de choses ... Comme ça, lorsqu'il est temps de bosser sur un sujet, je sais déjà vers quoi me tourner.



Mes comptes ! Eh oui, comme dans un foyer, il faut gérer le budget. Et anticiper les charges ...

On y trouve aussi des collections pour les gros événements avec les idées, les besoins en matériel, en communication, les choses à anticiper .. En ce moment c'est clairement mon meilleur allié pour me vider le cerveau, un véritable disque dur externe qui ne risque pas de planter (j'ai quand même une petite angoisse si jamais je venais à le perdre ... mais je préfère ne pas trop y penser). Je peux te montrer cette page pour le prochain événement de mon équipe avec Mood Unik, puisque ce n'est plus un secret, nous allons officiellement assurer la partie événementielle du brunch qui suit la projection du film Wax in The City et le débat (woop woop !!!). Résas par ici (fin de la digression, sorry).



Et comme dans tout bullet journal qui se respecte, j'y note les entrées quotidiennes avec les choses à faire selon le planning global. Je prépare cette liste de préférence en fin de journée en prévision du lendemain. D'abord je regarde les impératifs (ateliers, rendez-vous ...) Ensuite, selon le temps non réservé dont je dispose, j'élabore ma liste et je ferme mon carnet, et mon cerveau est vraiment libre. Je ne prends pas plus de 24h d'avance sur les entrées quotidiennes, de façon à vraiment terminer chaque journée sereine, en reportant le minimum de tâches.



Voilà, tu sais tout sur mon usage professionnel. C'est intimidant tout de même de révéler autant de détails mais si ça peut servir ... Je suis pour le partage des bonnes pratiques !



Points positifs :


  • Lorsque je suis en repos, je suis vraiment en repos. Je n'ai aucune to do de boulot dans mon bullet journal perso, donc pas de tâche parasite. Je peux profiter de l'instant présent, des personnes avec qui je suis, ou même de ne strictement RIEN faire. Le bujo est un outil de productivité, d'organisation et, ne l'oublions pas, de bien-être.

  • Lorsque je suis en rendez-vous pro, je ne crains pas qu'une info personnelle soit vue par mon interlocuteur, car il ne contient que des infos professionnelles. Je peux donc y prendre mes notes directement.

  • Lorsque je commence ma journée de travail, je n'ai pas à trier les tâches persos des tâches pros, lorsque je me mets en mode "taff", je peux donc me concentrer uniquement sur le domaine professionnel et appliquer mon mantra du moment : done is better than perfect  (fait est mieux que parfait : on arrête de chercher la petite bête et on va droit au but). Je ne perds plus de temps à vagabonder sur internet ou même dans la maison à faire telle activité mineure ou à remettre tel objet en place. Je peux donc d'une part aller à l'essentiel, d'autre part mesurer le temps réel que me prend une tâche.

  • Dans la même lignée, je peux maintenant savoir combien de temps par semaine je consacre réellement à mes activités pros, chose difficiles voire impossible à déterminer lorsqu'on travaille à la maison et qu'on alterne entre divers domaines sans distinction.

  • De même, je hiérarchise bien plus facilement mes tâches à faire : généralement je commence par tout ce qui concerne l'ordinateur (répondre aux mails, programmer et répondre sur les réseaux sociaux, rédiger articles et newsletter, mettre en ligne un nouveau produit sur la boutique) puis selon les rendez-vous pris, soit je passe à l'activité principale de la journée (un shooting, de la couture, de la cuisine, de la carterie, de la slow cosmétique ou une autre création manuelle), soit je pars à l'atelier ou au rendez-vous qui est planifié.


Les limites :


  • Je suis obligée d'avoir mes deux carnets en permanence pour avoir toutes les infos.

  • Je dois reporter mes impératifs persos dans le bujo pro et inversement pour que ça ne se télescope pas : ne pas prendre deux rendez-vous au même moment par exemple.

  • J'ai parfois de grosses deadlines simultanées ou rapprochées dans le temps, et je ne me rends pas toujours compte de leur superposition quand il y en a une qui appartient plutôt à la sphère perso et l'autre aux activités que j'ai avec Creazily.


Solution complémentaire qui simplifie la vie :


Avoir un agenda sur mon téléphone pour y enregistrer ce qui concerne les deux sphères de ma vie. Avec la contrainte que ça sous entend lorsqu'on essaye de se déconnecter du numérique ponctuellement. (Cf mon article sur la digital detox) Mais c'est aussi pratique pour partager les infos avec mon conjoint ou avec les personnes avec qui je travaille.


Conclusion :


Pour l'instant ce double système me convient bien et me permet de mener de front de très nombreuses activités, que ce soit avec mon entreprise ou au niveau privé, tout en cloisonnant bien mieux qu'avant, et du coup je suis bien plus productive et efficace tout en profitant pleinement de mes moments OFF. J'ai peut-être trouvé le switch pour sortir du mode "auto-entrepreneure multipotentielle" (kézako ??)  !!!


A suivre !


#bujo #pro #entreprenariat